Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blocage des appels en Voix IP, une erreur stratégique qui augure une nouvelle ère des relations entre les clients et les opérateurs télécoms

Le blocage des appels en Voix IP, une erreur stratégique qui augure une nouvelle ère des relations entre les clients et les opérateurs télécoms

L’annonce du blocage des appels en voix IP par les opérateurs télécoms (IAM, Meditel & Inwi) est tombée comme une douche écossaise pour les marocains. Si les opérateurs télécoms se livrent une concurrence acharnée pour élargir leurs bassins de clientèle, en revanche, ils se sont unis pour cette cause infondée d’interdiction de la voix IP et à travers elle, l’accès aux services WhatsApp, Viber et Skype.

Dan son communiqué laconique, le régulateur des télécoms au Maroc (ANRT) avance que le blocage « s’inscrit dans le cadre de la mise en conformité des exploitants avec les obligations qui leur incombent dans le cadre des licences dont ils sont détenteurs » car ces applications « ne remplissent pas toutes les conditions requises pour être en conformité avec la réglementation en vigueur ». Comme quoi, cette non-conformité n’est apparue qu’aujourd’hui alors que ces services sont présents depuis 2009.

Cette décision me rappelle l’année 1994, lorsque le gouvernement marocain de l’époque a eu l’idée non géniale d’interdire l’installation des paraboles pour la réception des chaines étrangères -faute de trouver des arguments juridiques pour faire payer les marocains des redevances sur la réception des chaines étrangères-. Devant cette idée non fondée, le gouvernement du feu Abdellatif FILALI a fait marche arrière. C’est pour l’histoire, le présent a voulu que l’expérience refasse surface sous une autre dimension à travers l’interdiction de l’appel sur ces applications par ces opérateurs télécoms avide d’argent.

Au lieu de se cacher derrière le voile de la conformité qui date de 2004, les opérateurs de télécoms (IAM, Meditel & Inwi) auraient pu faire preuve d’intelligence collective afin de:

  • Investir dans la recherche et le développement afin d’offrir des services similaires pour booster leurs chiffres d’affaires ;
  • Penser à ces marocains du monde qui font des transferts d’argent, et qui se chiffrent en milliards d’euro.
  • Ne pas oublier que le service télécom au Maroc est l’un des plus chers de par le monde et depuis des années malgré la privatisation de ce service fin des années 1990.
  • Se rappeler qu’une décision pareille en Brésil n’a duré que 48 heures sous la pression de la société civile.

Enfin, à cette interdiction faite par les opérateurs marocains, les géants de la Silicon Valley aux USA notamment Facebook et WhatsApp développeront certainement une ou plusieurs solutions.

Qui aurait pu imaginer un instant que la téléphonie mobile a permis au monde rural d’être connecté au monde. Ce n’est pas par la volonté de ces opérateurs mais par les bienfaits de la recherche et l’invention du GSM.

Mostafa KHEIREDDINE

Urbaniste, chercheur en sciences de la ville

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article