Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE CROWDFUNDING OU FINANCEMENT PARTICIPATIF DE L’URBANISME, une soupape pour le devenir de nos villes

LE CROWDFUNDING OU FINANCEMENT PARTICIPATIF DE L’URBANISME, une soupape pour le devenir de nos villes

Le crowdfunding ou financement participatif de l’urbanisme, une soupape pour le devenir de nos villes

D’emblée, convient-il de préciser que l’encyclopédie wikipedia définit le crowdfunding comme un mode de financement participatif d’un projet urbain par un grand nombre de personnes sans faire appel aux acteurs institutionnels.

Face à la rareté des finances publiques et aux défis que doivent relever les villes en termes de réalisation des structures d’accueil et des équipements de proximité, de nouvelles formes et mécanismes de financement de projets urbains font école cette dernière décennie.

Communément connu sous le mot angliciste crowdfunding, ce modèle économique a pris un nouvel élan ces dernières années en milieu urbain. De l’appel à contribution pour la construction d’une mosquée, à l’élan de solidarité pour la réhabilitation d’une école ou à l’aménagement d’un terrain de sport, ce mouvement ne cesse de se substituer à l’action publique.

Dans l’absence de statistiques sur ce modèle de financement participatif de l’urbanisme, on peut estimer que des centaines d’équipements et initiatives urbaines sont réalisés ou menées chaque année à travers le territoire national.

La dernière initiative en date, et qui a été largement partagée dans les réseaux sociaux, est cette action collective à Tanger, résolument tournée vers l’aménagement des rues, et tenez-vous bien, dans des quartiers connus par une forte concentration humaine et des indicateurs de développement humains difficiles.

Dans un élan de compétitivité positive, plusieurs rues ont été réaménagées et embellies par le collectif des habitants au point de leur donner un nouveau cachet urbanistique qui invite à la convivialité et au bon voisinage.

Le crowdfunding urbain, en pleine expansion dans les pays du Nord

En occident, ce mouvement va au-delà des projets de quartiers. En effet, grâce à l’élan de solidarité et des appels à contribution des projets, il est question de réalisation de projets à l’échelle du rayonnement de la ville. Les citoyens ont l’embarras du choix entre le financement de l’aménagement de ruelles vertes, d’un square ou d’une aire de jeux, voire la rénovation d’un équipement, ou la réalisation d’une piste cyclable.

Si ce nouveau mode de production de la ville, est certes, encore à ses balbutiements, le crowdfunding suscite pourtant un fort engouement, tant des particuliers que de certains territoires qui y voient l’opportunité de pallier le manque de moyens financiers.

En effet, aux Etats unis des municipalités font recours aux plateformes de financement participatif pour la réalisation de projets afin d’éviter à la population des hausses d’impôts.

Au Pays-Bas, pour désenclaver un quartier traversé par une voie ferroviaire et une autoroute à Rotterdam, un cabinet d’architecture a eu l’idée de faire appel au financement participatif pour la réalisation d’un pont longtemps souhaité par les habitants, et auquel, la municipalité n’a pas donné suite. Et chaque contributeur a eu droit à l’inscription de son nom sur une planche de bois du pont.

Dynamiques urbaines durables

Pour qu’il (crowdfunding) puisse prendre forme et se faire une place dans la vie urbaine, nous estimons qu’il faut, d’abord, capitaliser sur les expériences menées ici et là dans les villes marocaines, ensuite, médiatiser ce mouvement en s’appuyant sur les réseaux sociaux et les mas media (presse écrite et audio-visuelle), et enfin, insuffler une concurrence positive entre les bonnes pratiques des villes marocaines.

Convaincre la population d’un quartier ou d’une ville de la faisabilité et la viabilité d’un projet n’est pas une affaire gagnée d’avance, et par conséquent, les porteurs de projets doivent être persévérant et garder en tête qu’il est nécessaire d’offrir une contre partie aux contributeurs, et de maintenir des liens de confiance depuis le lancement du projet jusqu’à sa réalisation.

Mostafa Kheireddine

Urbaniste senior

Chercheur en sciences de la ville

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article